Une maladresse (cela arrive) et tout est à refaire..... Toutes mes excuses, donc, à Alain de Bourg, à Franck de Toulouse, à Jean de Grenoble, et à tous ceux qui m'avaient encouragé dans ce premier billet.
Pour rappeler enfin, que la prudence est mère de la sureté, bla bla, et qu'il ne faut pas négliger les sauvegardes.
A bientot pour la suite,
Richard